No. 54/3    septembre 2001

 

L'influence de Liszt sur Wagner

Quelques observations sur le langage
musical de la Tétralogie

par Vincent Arlettaz

 
 

«Depuis que je connais les compositions de Liszt, je suis devenu un tout autre personnage qu'auparavant, en tant qu'harmoniste...» Cette phrase, écrite par un Wagner qui vient d'achever la composition de Tristan, et sans cesse citée par les historiens de la musique, a déjà fait couler beaucoup d'encre. Elle a même suscité de nombreuses analyses, tentant de démontrer l'influence de Liszt sur maint extrait du même Tristan. Et dans cette partition novatrice entre toutes, aucun passage n'a été mis à contribution davantage que le prélude du premier acte.

C'est ainsi qu'Alan Walker, éminent spécialiste de Liszt, veut voir dans un accord du début de la Faust-Symphonie (ex. 1) une préfiguration du fameux «accord de Tristan» (ex. 2), dont il ne serait qu'une variante enharmonique (fa naturel-la bémol-si naturel-mi bémol, pour fa naturel-sol dièse-si naturel- dièse).
 
 

ex. 1 : Franz Liszt, Eine Faust-Symphonie (1854-57)
premier mouvement, lettre D
Ex.1

 

ex. 2 : Richard Wagner, Tristan und Isolde (1857-59)
Prélude du 1er acte, mes. 2-3 6

Ex.2

Mais c'est sur une oeuvre de Liszt plus ancienne et beaucoup moins connue que se sont appuyés la plupart des auteurs désireux de montrer l'influence exercée par le maître hongrois sur son collègue saxon. Il s'agit du Lied «Ich möchte hingehen», composé vers 1845, et où l'on trouve le passage suivant (ex. 3).
 
 

ex. 3 : Franz Liszt, «Ich möchte hingehen» (vers 1845)

Ex.3

 Pour séduisant qu'il soit, un tel rapprochement pose de nombreux problèmes. Indépendamment de la question de savoir si l'on peut démontrer que Wagner a connu cette oeuvre relativement obscure de Liszt, on peut se demander s'il n'y a pas quelque chose d'artificiel à choisir ainsi deux passages - qui ne comportent pas plus d'une ou deux mesures - et à les comparer en les isolant de leur contexte. Comme le fait remarquer très justement Serge Gut: «A ce compte, on trouverait des réminiscences partout»...

 

> Lire la suite

RMSR

Vous pouvez également acheter la version imprimée de ce numéro pour 9.50 CHF (frais de port inclus pour la Suisse). Plus d'informations sur notre page «Archives (II)»

 

Retour au sommaire du No. 54/3 (septembre 2001)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite


 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 14 décembre 2018)