No. 55/3    septembre 2002

 

L'évolution du langage musical de
Franz Liszt à la lumière des manuscrits

Prométhée -- «Ce qu'on entend sur la montagne» -- Faust

par Vincent Arlettaz

 

Depuis longtemps, le Liszt de la période weimaroise est bien connu pour ses audaces harmoniques. Dans un récent article, nous tentions de souligner l'influence exercée à cet égard par le maître hongrois sur son ami et collègue Richard Wagner -- révolutionnaire du langage musical s'il en est. Entre 1848 et 1861, dates de son séjour dans la ville de Goethe, l'auteur des Années de Pèlerinage laissa sortir de sa plume nombre de pages d'une hardiesse tout à fait exceptionnelle pour leur temps. Il est aisé de s'en faire une idée d'après les quelques spécimens que voici (ex. 1 à 3).

ex. 1: Eine Faust-Symphonie, 1er mouvement, lettre Z

rmsr

 

ex. 2: Prométhée (poème symphonique), mes. 1-11

rmsr

ex. 3: Ce qu'on entend sur la montagne, 9ème mesure de E

rmsr

Ces trois exemples mettent en oeuvre trois principes fondamentaux différents, tous trois révolutionnaires: le premier utilise plusieurs accords augmentés en successions chromatiques (alors que cet accord augmenté ne pouvait s'utiliser jusque-là que de manière isolée, devant impérativement se résoudre sur un autre accord, parfait de préférence); le deuxième exemple introduit des accords d'un type nouveau -- qui plus est non résolus -- construits essentiellement par accumulation de quartes (au lieu de l'empilement de tierces qui avait prévalu auparavant); enfin, le troisième est basé sur des lignes mélodiques en mouvement contraire chromatique, sans considération particulière pour les combinaisons simultanées qui en résultent, et qui sont des plus dissonantes:

ex. 4 (schéma)

rmsr

Si la nature novatrice de ces exemples ne fait guère de doute, en revanche, leur chronologie exacte n'est pas facile à établir. En effet, les oeuvres dont nous avons cité ci-dessus des extraits ont été élaborées sur des périodes relativement longues, leur publication n'ayant eu lieu que plusieurs années après l'apparition des premières ébauches:

Faust-Symphonie
premières esquisses: milieu des années 1840?4
première version complète: août-octobre 1854
ajout du choeur final: 1857
publication: 1861

Ce qu'on entend sur la montagne
première version: 1848-49
deuxième version: 1850
troisième version: 1854
publication: 1857

Prométhée
première version: 1850
révision: 1855
publication: 1856

Pour toutes ces partitions, rien ne prouve a priori que les audaces harmoniques remontent à la première version. Connaître leur date exacte ne serait pas sans intérêt toutefois: il se peut même que notre conception d'ensemble de l'évolution du langage musical en dépende. Car suivant les détails de la chronologie, il sera éventuellement possible de savoir si c'est bien Liszt qui a la priorité sur tel ou tel de ses contemporains -- donc si c'est effectivement lui qui a influencé ces derniers, et non pas le contraire! ...

 

> Lire la suite

rmsr

Vous pouvez également acheter la version imprimée de ce numéro pour 9.50 CHF (frais de port inclus pour la Suisse). Plus d'informations sur notre page «Archives (II)»

 

Retour au sommaire du No. 55/3 (septembre 2002)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 13 décembre 2018)