No. 56/1    mars 2003

 

Chamoson

village de la vigne, du livre
...et de la musique

par Vincent Arlettaz

 

Chamoson, commune ensoleillée du Valais central, région de vignes et de bons vins, est aussi devenue une terre de culture: chaque année, dès la fin du printemps, à l'ombre du clocher octogonal de la fameuse église clunisienne de Saint-Pierre de Clages (la plus ancienne du Valais, puisqu'elle remonte au XIe siècle), amateurs de vieux livres et curieux en foule se retrouvent pour chiner dans les stands des bouquinistes qui animent la fête du «Village du Livre». Depuis 1996, cette spécialité se double de manifestations musicales, mises sur pied à l'initiative de Jacques Mayencourt, un enfant du pays.

 

Jacques Mayencourt

Aujourd'hui altiste solo de l'Orchestre de Ludwigshafen en Allemagne, Jacques Mayencourt est resté fidèle à son village et à son canton d'origine: il évoque avec émotion la beauté des paysages, la convivialité des habitants... et bien sûr l'arôme velouté des vins blancs, spécialité par excellence du coteau riant de Chamoson.

Suivant les traces de son père, instituteur et organiste du village, le jeune Jacques Mayencourt se met très tôt à l'étude du violon. Formé à Detmold par Tibor Varga, dont il fut l'assistant, c'est à l'époque de ses examens de fin d'études qu'il opte définitivement pour l'alto. Après un bref passage à l'orchestre de Dortmund, il est nommé en 1989 soliste de l'Orchestre Philharmonique de Rhénanie-Palatinat à Ludwigshafen; quelques années plus tard, le voici enseignant à la Hochschule für Musik de Mannheim, et membre de plusieurs formations de chambre, parmi lesquelles le trio ABC (alto, violoncelle, contrebasse), ou le Quatuor Akademie de Mannheim. Mais son emploi du temps bien rempli ne l'empêche pas de conserver des liens privilégiés avec son canton d'origine. En 1991, à l'occasion du 700ème anniversaire de la Confédération Helvétique, la Commune de Chamoson organise en l'église de Saint-Pierre de Clages un concert de ses enfants expatriés -- parmi lesquels on compte non seulement Jacques Mayencourt, mais également Madeleine Carruzzo, violoniste, qui fut la première femme admise dans les rangs de l'Orchestre Philharmonique de Berlin.

Ce fut là en quelque sorte le point de départ. D'autres concerts furent par la suite organisés dans l'église de Saint-Pierre de Clages...

 

> Lire la suite

rmsr

Vous pouvez également acheter la version imprimée de ce numéro pour 9.50 CHF (frais de port inclus pour la Suisse). Plus d'informations sur notre page «Archives (II)»

 

Retour au sommaire du No. 56/1 (mars 2003)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 13 décembre 2018)