No. 56/4    décembre 2003

 

Le bicentenaire de Berlioz en Amérique

 

Le bicentenaire de Berlioz, «dépanthéonisé» dans son pays, allait-il être victime de la vague de francophobie qui a sévi aux Etats-Unis suite à l'opposition de la France à la guerre contre l'Irak? Non seulement il n'en a rien été, mais Berlioz a confirmé qu'il était, avec Ravel, et avant Debussy, le compositeur français le mieux aimé et le plus joué en Amérique. Si New York a dominé cette commémoration, il faut noter l'abondance et la diversité des manifestations Berlioz sur l'ensemble du territoire Américain, du Connecticut à l'Alaska, du Nouveau Mexique au Wisconsin.

On ne s'étonnera pas de voir la Symphonie Fantastique largement représentée dans les programmes de concertss. Harold en Italie continue également d'occuper une place de choix: Aspen (Colorado), Austin, Atlanta l'auront entendu cette année en plus de New York, de Chicago et de Boston. Les nuits d'été ont également conquis une place au répertoire qui ne se compare qu'aux grands cycles malhériens et aux Quatre derniers Lieder de Strauss, comme on a pu en juger à New York, Aspen (avec Suzanne Mentzer), Albuquerque (avec Michelle DeYoung, la récente Didon de Davis), Allentown, Ravinia, festival d'été de l'Orchestre Symphonique de Chicago (avec Susan Graham)...

 

> Lire la suite

rmsr

Vous pouvez également acheter la version imprimée de ce numéro pour 9.50 CHF (frais de port inclus pour la Suisse). Plus d'informations sur notre page «Archives (II)»

 

Retour au sommaire du No. 56/4 (décembre 2003)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 13 décembre 2018)