No. 56/4    décembre 2003

 

Hector Berlioz

Les commémorations du bicentenaire

par Vincent Arlettaz

 

S'il est un point que l'année du bicentenaire a prouvé, c'est bien celui-ci: l'oeuvre de Berlioz a acquis désormais une diffusion planétaire. Dans le monde entier en effet, de Copenhague à l'Île de la Réunion, de San Francisco à Tokyo ou Cape Town, concerts, opéras, conférences et expositions ont rendu hommage au grand romantique français. Son propre pays, la France, est désormais au centre de ce réseau; mais l'Angleterre, terre d'élection de sa musique, n'a pas manqué non plus ce grand rendez-vous. Et -- fait nouveau -- on observe avec intérêt la part importante prise désormais par l'Amérique du Nord.

Malgré sa proximité géographique, la Suisse elle-même n'aura eu que peu de chose à offrir dans ce contexte. On se souvient bien sûr du fameux scandale provoqué par la mise en scène d'Olivier Py pour la Damnation de Faust donnée en juin 2003 au Grand Théâtre de Genève, un spectacle féru de nudité masculine, et superposant de manière assez gratuite des images de flagellation et de crucifixion sur la musique de la Marche Hongroise (!). On trouvera quelque chose d'un peu plus substantiel en franchissant la Sarine: la Tonhalle propose en effet un cycle Berlioz en trois affiches, comprenant ladite Damnation (11, 13 et 14 décembre 2003), sous la direction de Charles Dutoit, Roméo et Juliette par David Zinman (14, 15 et 16 janvier 2004) et les Nuits d'été (15 et 16 avril 2004), avec la soprano Véronique Gens et le même chef. Les exécutions de la Symphonie Fantastique ne représentant rien de très particulier, et méritant à peine d'être citées (OSR, mai 2004), on aura pratiquement fait le tour de la question en signalant L'Enfance du Christ donnée par l'Orchestre Symphonique de Lucerne (10 et 11 décembre 2003), non sans regretter au passage que la Romandie n'ait pas eu l'idée de profiter de son avantage linguistique et de la qualité générale de ses choeurs pour proposer au moins une belle production en hommage au génial jubilaire. On se consolera en partie en écoutant la série des dix émissions de la série «Mémoires de la Musique» consacrées par Espace 2 à notre compositeur (du 1er au 5 et du 15 au 19 décembre, de 9 h à 11 h), sur une proposition de Sylvia Lécuyer, de Radio-Canada.

 

L'Allemagne et l'Autriche

Alors que la contribution de l'Italie peut elle aussi être qualifiée de fort modeste, plusieurs scènes germaniques se sont ouvertes cette année aux opéras de Berlioz: les Troyens ont ainsi été donnés à Leipzig et à Manheim (après le Festival de Salzbourg, en 2000), et Benvenuto Cellini dans pas moins de quatre villes (Weimar, Leipzig, Berlin et Vienne)...

 

> Lire la suite

rmsr

Vous pouvez également acheter la version imprimée de ce numéro pour 9.50 CHF (frais de port inclus pour la Suisse). Plus d'informations sur notre page «Archives (II)»

 

Retour au sommaire du No. 56/4 (décembre 2003)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 13 décembre 2018)