No. 56/4    décembre 2003

 

Si Lucerne m'était conté...

par Myriam Tétaz-Gramegna

 

«Le sens d'un festival est de proposer l'exceptionnel». Principe tenu cet été à Lucerne, et reconnu par le Prix Européen de la Culture attribué au Festival de Lucerne et à son intendant Michael Haefliger.

Dans la laudatio prononcée à l'occasion de la remise du Prix Européen de la Culture, Pierre Boulez a dit de Michael Haefliger: «Il propose et nous laisse disposer. Il ne cesse de trouver les interlocuteurs valables, les aides à susciter, les projets à mettre sur pied...» Un nouvel orchestre dirigé par Abbado, quelques moments forts qui ont créé l'événement, une programmation alliant audace et prestige ont confirmé le constant renouvellement d'un festival qui vise l'exceptionnel.

 

Un nouvel orchestre du Festival

C'est à cette exigence que répondait la création d'un nouvel orchestre: «En août 1938, le premier concert a été donné par un orchestre formé pour Toscanini avec, aux premiers pupitres, le Quatuor Busch; une raison suffisante pour renouer avec cette tradition qui a duré jusqu'en 1993, explique Michael Haefliger. Mais je n'aurais jamais osé m'y risquer s'il n'y avait eu une personnalité comme Abbado pour le proposer.» ...

 

> Lire la suite

rmsr

Vous pouvez également acheter la version imprimée de ce numéro pour 9.50 CHF (frais de port inclus pour la Suisse). Plus d'informations sur notre page «Archives (II)»

 

Retour au sommaire du No. 56/4 (décembre 2003)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 13 décembre 2018)