No. 61/4    décembre 2008

 

Vingt ans après sa mort

Honorer la mémoire d'Evgeny Mravinsky

Evgeny Mravinsky

Evgeny Mravinsky (1957), par Lev Russov (1926-1988)

 

Le 19 janvier 1988 s'éteignait l'une des plus grandes gloires de la direction d'orchestre russe: Evgeny Mravinsky. Adulé par le régime soviétique, Mravinsky fut un musicien particulièrement révéré, d'une part par les artistes compositeurs, mais également par ses pairs chefs d'orchestre: Chostakovitch en avait fait, de son vivant, le créateur privilégié de ses oeuvres symphoniques; par ailleurs, Herbert von Karajan, pourtant décrit parfois comme très égocentrique, n'hésitait pas à le considérer comme l'un des plus grands techniciens dans l'art de conduire un orchestre, le jugeant comme son égal voire le seul capable de le surpasser.

En Europe et Outre-Atlantique, des chefs aussi intransigeants que George Szell, Ferenc Fricsay ou Leonard Bernstein furent impressionnés par le niveau atteint par la Philharmonie de Leningrad sous la direction de son maître tutélaire et par le degré d'intensité des interprétations musicales proposées. L'homme est également une figure historique à part entière. Sa carrière est, en effet, un vivant condensé de l'évolution politique, culturelle et diplomatique de l'URSS. Et son attitude face au gouvernement communiste ne laisse pas de poser le problème du statut de la liberté de l'artiste en Union Soviétique. Or, force est de constater que, au-delà du seul horizon musical, l'homme reste inscrit dans les mémoires pour sa probité et pour son intégrité humaine.

Né le 4 juin 1903, Evgeny Mravinsky appartient à une famille de l'aristocratie de Saint-Pétersbourg, férue de musique. Sa tante maternelle, Evgenia Mravina (1864-1914) fit une belle carrière de soprano au théâtre Mariinski. Traumatisée par la Révolution bolchevique, la famille Mravinsky est victime de vexations nombreuses et le père d'Evgeny meurt prématurément.

 

L'aube de la carrière du maître

Ayant mené de front des études de biologie et de musique, Evgeny Mravinsky abandonne les sciences pour se consacrer à la carrière de chef -- en suivant notamment les cours de direction de Nikolaï Malko et d'Alexander Gaouk. Celle-ci démarre lentement: d'abord répétiteur, il abandonne ses projets de composition pour devenir chef-assistant au Kirov en 1931 (année où il dirige pour la première fois la Philharmonie de Leningrad). Il acquiert une réputation de chef tchaï-kovskien d'une rare compétence, particulièrement par sa rythmique implacable (caractéristique que l'on retrouve dans chacune de ses interprétations ultérieures). Il accompagne alors les stars de l'école de ballet soviétique, parmi lesquelles la ballerine Galina Oulanova. Progressivement, l'homme gagne en notoriété et remporte, en 1937, le premier prix du concours de direction d'orchestre de Leningrad. Or, cette année-là, le poste de directeur musical de la Philharmonie est vacant suite au départ du chef allemand Oskar Fried, jusque-là titulaire du poste. Mravinsky s'en empare en 1938 et entre définitivement dans l'histoire...

 

> Lire la suite

RMSR décembre 2008

Vous pouvez également acheter la version imprimée de ce numéro pour 9.50 CHF (frais de port inclus pour la Suisse). Plus d'informations sur notre page «Archives (II)»

 

Retour au sommaire du No. 61/4 (décembre 2008)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 14 décembre 2018)