No. 62/2    juin 2009

 

Rencontre avec...

TOBIAS  RICHTER

Tobias Richter © Yunus Durukan

© Yunus Durukan

 

Le 1er juillet 2009, Tobias Richter, 56 ans, prendra les rênes du Grand Théâtre de Genève, succédant à Jean-Marie Blanchard, arrivé au terme de son mandat de huit ans. Le nouveau directeur, fils du célèbre chef d'orchestre et organiste allemand Karl Richter (1926-1981), n'est pas un inconnu pour les mélomanes romands puisqu'il préside depuis 2004 aux destinées du Septembre Musical de Montreux-Vevey, un poste qu'il conservera en parallèle à ses fonctions genevoises. Tobias Richter, qui a commencé son parcours professionnel au Grand Théâtre au début des années 1970, connaît particulièrement bien le monde de l'opéra pour avoir notamment dirigé la Deutsche Oper am Rhein de Düsseldorf/Duisbourg, la plus importante troupe lyrique d'Allemagne, avec à son actif près de 400 représentations par saison.

 

On sait que, dans le monde de l'opéra, les spectacles se préparent très longtemps à l'avance. Votre nomination à Genève datant de 2008, quelle sera la première saison que vous signerez seul de A à Z?
2011-2012 sera la première saison sans trace du travail de mon prédécesseur. Pour 2009-2010, la moitié des oeuvres programmées ont été entièrement imaginées par Jean-Marie Blanchard, d'autres ne l'ont été qu'en partie et j'ai décidé de les compléter -- c'est notamment le cas de Don Giovanni, où j'ai opté pour une autre mise en scène. J'essaie donc progressivement d'imprimer ma marque à la programmation. Sur le plan de la dramaturgie et de la cohérence intellectuelle, il y aura sûrement un mélange lors de ma première saison, mais j'estime que c'est une situation très intéressante, surtout pour le public, qui a apprécié dans sa majorité les choix de Jean-Marie Blanchard. On m'a confié un mandat pour diriger un théâtre, mais celui-ci n'est en aucun cas mon jouet personnel, je ne vais donc pas défaire ce qui a déjà été préparé.

Quels seront les grands axes de votre programmation?
Je souhaite mettre au moins un ouvrage contemporain à l'affiche chaque saison, mais je ne vais pas chercher vaille que vaille une création par année, ça n'intéresse que les médias. J'estime que pour servir véritablement la musique contemporaine, il est souvent plus utile de reprendre des ouvrages récents pour leur donner la chance d'être rejoués après leur création. Par ailleurs, tout en proposant au public le répertoire qu'il est en droit d'attendre du Grand Théâtre, je voudrais programmer des ouvrages importants qui n'ont encore jamais été représentés ici. Je viens de dresser la liste des opéras joués sur la scène de Neuve depuis sa réouverture en 1962 et j'ai constaté qu'il manquait un certain nombre de titres de premier plan dans l'histoire de l'opéra, par exemple La Donna del Lago, La Calisto ou encore Andrea Chenier...

 

Pour lire la suite...

RMSR juin 2009

La version gratuite de cet article est limitée au premier quart.

Vous pouvez commander ce numéro 62/2 (juin 2009, 64 pages en couleurs, avec un CD) pour 13 francs suisses + frais de port (pour la Suisse: 2.50 CHF; pour l'Europe: 4.50 CHF; autres pays: 6.50 CHF), en nous envoyant vos coordonnées postales à l'adresse suivante (n'oubliez pas de préciser le numéro qui fait l'objet de votre commande):

info@rmsr.ch

(Pour plus d'informations, voir notre page «archives».)

 

Offre spéciale!

Pour quelques francs de plus, offrez-vous une année complète de Revue Musicale! Abonnez-vous à l'essai pour un an, pour seulement 29 francs suisses (frais de port inclus)* au lieu de 42, soit 30% d'économie, et recevez ce numéro en cadeau! Veuillez envoyer vos coordonnées postales à l'adresse suivante, en précisant le numéro que vous souhaitez recevoir en cadeau:

info@rmsr.ch

(* Tarif pour la Suisse, valable seulement pour un nouvel abonné (personne physique uniquement). Tarif pour l'Europe: 42 francs suisses; reste du monde: 49 francs suisses.)

(Pour plus d'informations, voir notre page «abonnement».)

 

Retour au sommaire du No. 62/2 (juin 2009)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 2 juillet 2009)