No. 63/1    mars 2010

Fabio Biondi

«L'authenticité n'est pas
une affaire d'instruments»

Fabio Biondi

Sans chef invité permanent depuis deux ans, l'Orchestre de Chambre de Lausanne (OCL) vient de nommer à ce poste, pour trois saisons, Fabio Biondi, le célèbre violoniste baroque, fondateur de l'ensemble Europa Galante. La collaboration entre l'Italien de Palerme et la formation lausannoise a débuté fin 2009 par deux concerts d'abonnement très applaudis à la salle Métropole, suivis par une tournée à travers la Suisse. Parmi les «baroqueux», Fabio Biondi est de ceux qui croient aux vertus du compromis entre instruments modernes et instruments anciens. Rencontre avec un musicien qui refuse tout dogmatisme.

RMSR. Pour vos premiers concerts en tant que chef invité permanent de l'OCL, l'attente du public était énorme. L'avez-vous ressentie?
Fabio Biondi. J'avais déjà, par le passé, donné trois programmes à la salle Métropole avec l'orchestre, mais effectivement, j'ai senti plus de chaleur que d'habitude. Je trouve que le public est très attaché à l'OCL, et le Métropole est un lieu où il y a toujours une sorte de jubilation. Je sens la ville extrêmement proche de son orchestre, ce qui est pour moi très important.
Chose surprenante et touchante, vous avez dédié le bis à l'orchestre?
Je l'ai fait spontanément car il s'agissait du début officiel d'une longue promenade que nous allons faire ensemble. Et, honnêtement, je reçois beaucoup de l'OCL, qui méritait ce geste. J'ai senti dès le départ que l'orchestre avait soif d'apprendre et de comprendre le répertoire baroque. En règle générale, les relations sont toujours très professionnelles entre un chef et des musiciens, mais avec l'OCL je sens un véritable désir. La formation est née avec ce répertoire et elle a envie aujourd'hui de retrouver cette griffe, mais d'une autre manière, trente ans après la révolution baroque.

Le programme se terminait par la Suite des Boréades de Rameau, un compositeur vénéré par Victor Desarzens, fondateur de l'OCL. Etait-ce un clin d'oeil délibéré?
Non, je ne le savais pas. J'ai choisi Rameau parce que sa musique est superbe. C'est aussi un signal que je lance à l'orchestre, car il s'agit d'une oeuvre particulièrement difficile...

 

Pour lire la suite...

RMSR mars 2010

Vous pouvez commander ce numéro 63/1 (mars 2010, 64 pages, en couleurs) pour 13 francs suisses + frais de port (pour la Suisse: 2.50 CHF; pour l'Europe: 4.50 CHF; autres pays: 6.50 CHF), en nous envoyant vos coordonnées postales à l'adresse suivante (n'oubliez pas de préciser le numéro qui fait l'objet de votre commande):

info@rmsr.ch

(Pour plus d'informations, voir notre page «archives».)

 

Offre spéciale!

Pour quelques francs de plus, offrez-vous une année complète de Revue Musicale! Abonnez-vous à l'essai pour un an, pour seulement 29 francs suisses (frais de port inclus)* au lieu de 42, soit 30% d'économie, et recevez ce numéro en cadeau! Veuillez envoyer vos coordonnées postales à l'adresse suivante, en précisant le numéro que vous souhaitez recevoir en cadeau:

info@rmsr.ch

(* Tarif pour la Suisse, valable seulement pour un nouvel abonné (personne physique uniquement). Tarif pour l'Europe: 42 francs suisses; reste du monde: 49 francs suisses.)

(Pour plus d'informations, voir notre page «abonnement».)

 

Retour au sommaire du No. 63/1 (mars 2010)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 30 mars 2010)