No. 63/3    septembre 2010

 

Evian-les-Bains, la Grange au Lac

par Antoine Pecqueur

La Grange au Lac, Evian

© J.-J. Liégois

 

La salle de la Grange au Lac d'Evian comblera les amoureux de transports. Depuis Lausanne, le mélomane doit tout d'abord prendre le bateau pour être conduit sur la rive française du Léman, au port d'Evian. De là, il monte à bord d'un funiculaire, un modèle historique du début du XXe siècle. Et enfin, après avoir gagné un peu d'altitude, le voici arrivé au coeur d'un grand parc, comprenant plusieurs hôtels de luxe, un golf et même un héliport! Bienvenue dans le monde de Danone, géant mondial de l'agroalimentaire, qui possède notamment l'eau d'Evian mais aussi ces nombreux équipements touristiques. Ce qui est plus surprenant, c'est de trouver dans ce cadre l'une des réalisations les plus atypiques qui soient en matière d'architecture de salle de concert: entre les mélèzes du parc se niche la Grange au Lac, construite par Patrick Bouchain, un architecte à qui l'on doit de nombreux lieux culturels (la scène nationale LU à Nantes, le théâtre Zingaro à Aubervilliers...). Edifié entièrement en bois, sur une surface utile de 1'000 m2, ce bâtiment a l'apparence d'une grande ferme rustique. Sauf qu'à l'intérieur se produisent... des orchestres symphoniques!

Le rêve de Mstislav Rostropovitch

L'histoire de cette salle sort de l'ordinaire. La Grange au Lac est née de l'amitié entre Antoine Riboud, le président de BSN (qui deviendra Danone) et le célèbre violoncelliste Mstislav Rostropovitch. En guise de cadeau, le premier a tout simplement offert une salle de concert au second. Seule condition pour Antoine Riboud: «Pas plus chère qu'un cirque!» Même si le budget d'origine a été dépassé, le coût total de l'édifice reste très mesuré par rapport aux autres constructions dans ce domaine: 2'117'000 euros. La salle a par ailleurs été construite en un temps record, avec un début de chantier en octobre 1992 et une livraison en mai 1993. Cela tient sans doute au fait que la Grange au Lac n'était pas prévue, au départ, pour durer, comme en témoigne l'absence de fondations du bâtiment. Dans les années qui ont suivi la construction, quelques aménagements ont été réalisés (des modules préfabriqués ont été installés pour servir de loges aux musiciens et de bureaux au personnel) et aujourd'hui l'activité du bâtiment ne semble pas près de s'arrêter...

 

Pour lire la suite...

Revue Musicale de Suisse Romande septembre 2010

La version gratuite de cet article est limitée aux premiers paragraphes.

Vous pouvez commander ce numéro 63/3 (septembre 2010, 64 pages, en couleurs) pour 13 francs suisses + frais de port (pour la Suisse: 2.50 CHF; pour l'Europe: 5 CHF; autres pays: 7 CHF), en nous envoyant vos coordonnées postales à l'adresse suivante (n'oubliez pas de préciser le numéro qui fait l'objet de votre commande):

info@rmsr.ch

(Pour plus d'informations, voir notre page «archives».)

 

Offre spéciale!

Pour quelques francs de plus, offrez-vous une année complète de Revue Musicale! Abonnez-vous à l'essai pour un an, pour seulement 29 francs suisses (frais de port inclus)* au lieu de 42, soit 30% d'économie, et recevez ce numéro en cadeau! Veuillez envoyer vos coordonnées postales à l'adresse suivante, en précisant le numéro que vous souhaitez recevoir en cadeau:

info@rmsr.ch

(* Tarif pour la Suisse, valable seulement pour un nouvel abonné (personne physique uniquement). Tarif pour l'Europe: 44 francs suisses au lieu de 62; reste du monde: 51 francs suisses au lieu de 72.)

(Pour plus d'informations, voir notre page «abonnement».)

 

Retour au sommaire du No. 63/3 (septembre 2010)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 23 septembre 2010)