No. 66/3    septembre 2013

 

Questions à l'imprimeur...

 

Depuis 2007, la Revue Musicale a confié des travaux à trois imprimeurs: les Presses Centrales de Lausanne, Cornaz SA à Yverdon et SRO-Kundig à Versoix, qui a signé le numéro qui vous parvient aujourd'hui. Disposant d'un des parcs de machines les plus complets de Suisse, et éditant notamment des imprimés de luxe pour l'industrie horlogère ou pour de prestigieux festivals, cette société emploie actuellement une bonne cinquantaine de personnes, et est dirigée par une femme de 39 ans, Stéphanie Vonlanthen.

 

Stéphanie Vonlanthen

Stéphanie Vonlanthen

 

RMSR. Stéphanie Vonlanthen, qui sont les principaux clients de SRO-Kundig, et où résident-ils?
Stéphanie Vonlanthen. Il s'agit surtout de clients suisses. Nous éditions des journaux et des magazines, dans le domaine de l'horlogerie notamment, mais aussi du sport, du théâtre. Nous imprimons des ouvrages scolaires, des journaux de proximité, des brochures de festivals... Notre gamme de produits va du flyer publicitaire à l'ouvrage de luxe.

Le public a souvent une perception un peu négative de l'impact environnemental de l'imprimerie, qu'il voit surtout comme une dévoreuse de papier. Qu'est-ce qui peut être écologique dans une imprimerie offset?
La bonne gestion des ressources de notre planète est un point essentiel pour nous. Dans ce domaine, nous avons obtenu plusieurs certifications: celle du «FSC» («Forest Stewardship Council») repose sur le fait que le papier que nous utilisons est fabriqué avec du bois qui provient de forêts gérées de manière durable. «Imprim'vert» est un programme qui vise à bannir les produits étiquetés «toxiques» et à recycler les matériaux, par exemple l'aluminium des plaques offset, ou les récipients en métal pour l'encre, etc. Et «Neutre pour le climat» consiste notamment à réduire chaque année nos émissions de CO2 par rapport à l'année précédente. Nous n'avons pas eu beaucoup de peine à obtenir ces labels, qui correspondaient dans l'ensemble à ce que nous pratiquions déjà.

Selon nos estimations, la Revue Musicale a utilisé en 65 ans à peu près autant de papier que l'édition romande du «20 minutes» en consomme en deux ou trois jours. Qu'en est-il du papier recyclé?
Il existe du papier recyclé parfaitement blanc, un procédé a été trouvé pour cela, mais les gens n'en veulent pas. Utiliser du papier recyclé est en somme une décision politique, et les gens veulent... que ça se voie! Si un parti politique ou une association écologique font le choix d'utiliser du papier recyclé, il ne faut pas qu'on puisse le confondre avec du papier neuf. Donc, le papier recyclé blanc n'est pas demandé. Nous avons effectué des tests, mais nos clients les ont refusés. Ce papier est plus cher et moins beau que le neuf, de plus sa fabrication est polluante. Son bilan écologique est probablement beaucoup moins bon que celui du papier neuf fabriqué avec du bois de forêts gérées de manière durable, où on replante régulièrement des arbres...

 

Pour lire la suite...

Revue Musicale de Suisse Romande, septembre 2013

La version gratuite de cet article est limitée aux premiers paragraphes.

Vous pouvez commander ce numéro 66/3 (septembre 2013, 64 pages, en couleurs) pour 13 francs suisses + frais de port (pour la Suisse: 2.50 CHF; pour l'Europe: 5 CHF; autres pays: 7 CHF), en nous envoyant vos coordonnées postales à l'adresse suivante (n'oubliez pas de préciser le numéro qui fait l'objet de votre commande):

 

info@rmsr.ch

(Pour plus d'informations, voir notre page «archives».)

 

Retour au sommaire du No. 66/3 (septembre 2013)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 23 septembre 2013)