No. 67/3    septembre 2014

 

Lausanne

Le 'BCV Concert Hall'

par Vincent Arlettaz

BCV Concert Hall, Lausanne, Le Flon

© Olivier Wavre

 

A u mois de juin 2014, la Haute Ecole de Musique de Lausanne (HEMU) inaugurait ses nouveaux locaux en plein coeur de la ville, dans le quartier du Flon. C'est que l'institution a connu une croissance soutenue au cours des dernières années: après l'adjonction d'une nouvelle section jazz en 2006, elle récupérait les classes professionnelles de Fribourg et de Sion (2008), en vertu de la volonté de la Confédération de concentrer la formation professionnelle sur un nombre moindre d'écoles. Le secteur administratif a donc dû se renforcer sensiblement -- une tendance d'ailleurs universelle par les temps qui courent. Les projets musicaux étant également en développement, tant en nombre qu'en effectifs, les salles de répétition et de concert venaient à manquer. L'HEMU devait donc trouver des solutions, d'autant plus que la location d'espaces provisoires pour ses bureaux en ville de Lausanne avait son coût. La difficulté aura été surmontée en un temps record, puisqu'il n'aura fallu que trois ans entre la première annonce du projet et l'inauguration de la nouvelle salle, baptisée «BCV Concert Hall», du nom du principal sponsor qui en a permis la réalisation, la Banque Cantonale Vaudoise.

Sans doute la plupart des Lausannois actuels n'ont-ils pas conscience que, avant d'être une vaste aire urbaine en réhabilitation, le Flon est une rivière, qui longtemps coupa la ville en deux parties, entre lesquelles la communication n'avait rien d'aisé; ce cours d'eau fut progressivement recouvert pendant le XIXe siècle, tandis qu'un pont audacieux à deux étages d'arches (le Grand Pont) franchissait d'un bond le vide qui sépare le quartier Saint-François de celui de la Palud (1844). Après le voûtage de la rivière, on procéda vers la fin du XIXe siècle au comblement d'une grande partie de la vallée, avec les matériaux extraits des tunnels creusés pour les métros. Le remblaiement fut si important que le premier étage d'arches du pont disparut purement et simplement. Nous nous trouvons donc ici considérablement au-dessus du niveau naturel du terrain; longtemps, la zone fut instable, et ne put accueillir que des entrepôts de peu de poids. Mais progressivement, la vallée se convertit en zone industrielle, pour finalement devenir, vers la fin du XIXe siècle, une gare de marchandises, qui fonctionna jusque dans les années 1970...

 

Pour lire la suite...

Revue Musicale de Suisse Romande

La version gratuite de cet article est limitée aux premiers paragraphes.

Vous pouvez commander ce numéro 67/3 (septembre 2014, 64 pages, en couleurs) pour 13 francs suisses + frais de port (pour la Suisse: 2.50 CHF; pour l'Europe: 5 CHF; autres pays: 7 CHF), en nous envoyant vos coordonnées postales à l'adresse suivante (n'oubliez pas de préciser le numéro qui fait l'objet de votre commande):

 

info@rmsr.ch

(Pour plus d'informations, voir notre page «archives».)

 

Retour au sommaire du No. 67/3 (septembre 2014)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 4 octobre 2014)