No. 66/1    mars 2013

 

Les trente ans du Quatuor Sine Nomine

Un avenir à inventer

Par Myriam Tétaz-Gramegna

Quatuor Sine Nomine

© Pierre-Antoine Grisoni / Strates

 

C'est résolument sous le signe de l'ambition que le fameux quatuor romand a décidé d'inscrire les célébrations entourant ses trente années de carrière! Toute une série de manifestations se voient ainsi proposées au public, pendant près d'une année: après un mini-festival «Un voyage en ville» dédié à Schubert, dans des lieux aussi divers que surpenants de la capitale vaudoise (7-9 décembre 2012), l'ensemble formera le noyau instrumental d'une production de l'oratorio «Le Vin herbé» de Frank Martin (Opéra de Lausanne, 29 mai 2013). En troisième lieu, une programmation Brahms en plusieurs soirées sera présentée dans le cadre d'hôtels prestigieux, d'abord à Glion, au-dessus de Montreux (9-20 mai 2013), puis à Adelboden, dans l'Oberland bernois (28 juin-7 juillet 2013), enfin à Sils Maria, en Haute-Engadine (12-19 juillet 2013). Pour conclure, le Sine Nomine créera le 3 octobre 2013 (Lausanne, Cinéma Capitole) une oeuvre commandée au compositeur allemand Helmut Oehring (*1961), comme musique de film accompagnant un classique du cinéma muet, «Sunrise» de F. W. Murnau, lauréat des premiers «Oscars» de l'histoire en 1928. Un véritable festin musical en perspective! (réd.)

 

Il y a trente ans qu'ils font de la musique ensemble: vingt ans dans leur première formation, c'est-à-dire avec Patrick Genet, premier violon, François Gottraux, deuxième violon, Nicolas Pache, alto, et Marc Jaermann, violoncelle; et dix ans -- après le départ de Nicolas Pache -- avec Hans Egidi, lequel a troqué le violon pour l'alto, et partage une même approche de la musique. A vrai dire, l'aventure commence en 1975 déjà; c'est l'histoire d'une amitié en musique. Le quatrième comparse est alors le frère de Marc Jaermann. Après son départ, François Gottraux rejoint (en 1982) un groupe soudé, qui dispose déjà de tout un répertoire; trois de ses membres fréquentent l'orchestre des Collèges et Gymnases lausannois -- dirigé par le père de Nicolas, Jacques Pache -- auquel Patrick Genet se joint également à l'occasion; déterminante sera la rencontre avec Rose Dumur-Hemmerling, professeur de violon et de musique de chambre au Collège de Béthusy, laquelle rêve d'un quatuor en terre vaudoise. C'est elle qui fut l'initiatrice de l'ensemble. C'est avec elle qu'ils iront travailler régulièrement, dans son chalet de La Forclaz. Les quatre jeunes musiciens lui en garderont une infinie reconnaissance, faite d'affection autant que d'admiration pour tout ce qu'elle leur a transmis.

 

Evian 1985, la gloire

En 1985, sur l'incitation du quatuor Melos -- avec lequel ils avaient travaillé à l'occasion d'un cours de musique de chambre organisé par Edith Fischer et Steve Ayrton à la fondation Hindemith à Blonay -- nos quatre jeunes artistes se présentent au concours de quatuor d'Evian. Il y remportent le premier prix et le prix de la presse, apparemment sans vraiment s'y attendre: lorsque les résultats furent proclamés, il me souvient que seul Patrick Genet errait dans le hall du Casino, les trois autres terminant leur repas dans un restaurant des alentours! A Lausanne, sitôt la nouvelle connue, ce fut une véritable explosion de joie de tous leurs amis; le concert qu'ils donnèrent à leur retour afficha salle comble. Ils seront aussi, en 1987, lauréats du premier concours Borciani (du nom du premier violon du fameux Quartetto Italiano). Dès lors, pour eux, la décision s'imposait: leur avenir serait le quatuor. Et ils gardèrent un nom qui tenait à l'origine de la boutade, mais qui devait s'avérer, nul doute, excellent: il se trouve que, ayant été invités à jouer pour un congrès de mathématiciens, au moment d'imprimer le programme de la journée, ils avaient été désignés comme quatuor «sans nom» -- mais en latin, car cela sonne évidemment mieux! Ils devaient plus tard se féliciter de cette circonstance, qui avait pour avantage d'ouvrir leur répertoire à tous les compositeurs de l'histoire de la musique...

 

Pour lire la suite...

RMSR mars 2013

La version gratuite de cet article est limitée aux premiers paragraphes.

Vous pouvez commander ce numéro 66/1 (mars 2013, 64 pages, en couleurs) pour 13 francs suisses + frais de port (pour la Suisse: 2.50 CHF; pour l'Europe: 5 CHF; autres pays: 7 CHF), en nous envoyant vos coordonnées postales à l'adresse suivante (n'oubliez pas de préciser le numéro qui fait l'objet de votre commande):

info@rmsr.ch

(Pour plus d'informations, voir notre page «archives».)

 

Offre spéciale!

Pour quelques francs de plus, offrez-vous une année complète de Revue Musicale! Abonnez-vous à l'essai pour un an, pour seulement 29 francs suisses (frais de port inclus)* au lieu de 42, soit 30% d'économie, et recevez ce numéro en cadeau! Veuillez envoyer vos coordonnées postales à l'adresse suivante, en précisant le numéro que vous souhaitez recevoir en cadeau:

info@rmsr.ch

(* Tarif pour la Suisse, valable seulement pour un nouvel abonné (personne physique uniquement). Tarif pour l'Europe: 44 francs suisses au lieu de 62; reste du monde: 51 francs suisses au lieu de 72.)

(Pour plus d'informations, voir notre page «abonnement».)

 

Retour au sommaire du No. 66/1 (mars 2013)

 

© Revue Musicale de Suisse Romande
Reproduction interdite

 

Vous êtes sur le site de la  REVUE  MUSICALE  DE  SUISSE  ROMANDE

[ Visite guidée ]   [ Menu principal ]

(page mise à jour le 15 avril 2013)